Le samedi 2 avril 2022, de 9 heures à 18 heures, participation à Fest’livre au pôle sportif et culturel, 7 rue du Stade, les Auxons (Doubs) - Le dimanche 22 mai 2022, de 10 heures à 18 heures, participation à Balade littéraire en Comté et dans l’Ajoie de Delle (Territoire-de-Belfort)

L'HYGIÈNE DANS LE DOUBS ET LE JURA AU XIXème SIÈCLE

 medecine - jean louis cladeEn 1867, le docteur Bouchardat, professeur à la faculté de Médecine de Paris, donnait cette définition de l'hygiène: « L'hygiène est la partie des sciences médicales qui a pour but d'étudier les moyens de conserver et de perfectionner la santé. Mais comment conserve-t-on la santé ? Évidemment en prévenant les causes des maladies. Pour prévenir ces causes, il faut les connaître, de même que pour éviter un précipice, rien n'est mieux que de la voir et d'en mesurer la profondeur »

Or, pour connaître les causes des maladies afin de s'en protéger, ne faut-il pas attendre Pasteur et ses découvertes, ainsi que les découvertes de ses élèves et de ses contemporains étrangers ? Ce fut en effet à partir de ses études sur les fermentations, que Pasteur fut amené à penser que des organismes microscopiques pouvaient être responsables de maladies contagieuses.

Dès lors, cette théorie des germes désignait l'ennemi à combattre, soit à titre préventif grâce précisément à l'hygiène, soit à titre curatif ou thérapeutique grâce à la médecine et aux médicaments.

L'impact scientifique des découvertes de Pasteur et de son équipe fut tel qu'il provoqua l'oubli, le rejet même des doctrines médicales de la première moitié du XIXe siècle jugées purement et simplement comme relevant d'un obscurantisme médiéval alors que, au milieu de ce même siècle, avant que Pasteur n'eût effectué ses travaux, des médecins s'accordaient à déclarer l'hygiène comme « la plus utile de nos sciences ». Si, en 1905, le docteur Limon, médecin à Besançon, reconnaît les progrès incontestables que suscitèrent les travaux de Pasteur, il tente de réhabiliter, en apportant certes les nuances qui s'imposent, l'hygiène en général, l'hygiène publique en particulier, comme une de nos institutions scientifiques les plus récentes. Sa première reconnaissance officielle ne date, en effet, que de la révolution de 1789, qui imposa aux gouvernements le respect de la santé publique. Mais le point de départ de son intense développement, qui se poursuit encore sous nos yeux, est dans l'important progrès de la médecine clinique contemporaine et surtout dans les fécondes découvertes de la microbiologie ...

 

 

Retour